☰ menu mobile
 
Céline Frisch empoigne le chef d'oeuvre sans excès de révérence. Son Bach est exubérant, joyeux, grave et réfléchi parfois, jamais monotone. Le clavecin fait ressortir les variations d'humeurs et de climats, danse quand le rythme s'y prête, chante dès que l'écriture se fait lyrique. Et remet le monde en place, au moins pour le temps de l'écoute.
Doc